top of page
Rechercher

Formation à la prise de sang par effraction cutanée sur petits passereaux

Lors des deux premiers jours du protocole SEJOUR de suivi de la migration des oiseaux, nous avons accueilli des bagueurs pour les former à la prise de sang par effraction cutanée. Cette formation a été possible dans le cadre de la collaboration avec l’Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien (CNRS de Strasbourg). Déjà partenaire de l’association sur le projet Migrouille, Gildas Lemonnier, ingénieur d’études au Département d’Écologie de Physiologie et d’Éthologie, a déposé un programme personnel au CRBPO pour mettre en place cette formation avec l’association.


Pierre ouvre le bal !


Lors de ces deux jours réservés aux bagueurs, Albert, Henry, Hichem, Rémi, Pierre et Etienne ont donc pu apprendre et pratiquer des prises de sang sur petits passereaux. Le dimanche soir, c’était « cours pratique » pour permettre à chacun de découvrir la technique, de lister le matériel nécessaire, de réfléchir aux raisons de faire de tels prélèvements et surtout d’échanger tous ensemble sur leurs expériences et leurs projets futurs.


Dès le lendemain matin, c’était l’heure de la pratique ! Plusieurs espèces étaient ciblées durant ces deux jours : la Rousserolle effarvatte, la Fauvette à tête noire, la Fauvette grisette, la Fauvette des jardins, le Rougegorge familier et le Merle noir. Le but de ces deux jours de pratique était donc de s'entraîner sur le plus d’individus possible pour chaque bagueur afin qu’ils acquièrent tous une autonomie sur cette technique simple mais pas anodine. En effet, tout a été passé au crible : règles d’hygiène, sécurité de l’oiseau, organisation du poste de travail, précision et assurance dans les gestes, traitement des échantillons…


Rémi en pleine concentration


Ces espèces précises étaient ciblées pour deux raisons. La première était que ce sont des espèces que nous étions sûrs d’avoir en quantité suffisante durant ces deux jours. La deuxième était que ces échantillons n’ont pas été récoltés en vain. En effet, il était hors de question pour l’association de réaliser ce genre de formation sans utilisation du sang par la suite. C’est pour cela que ces deux jours ont pu exister car tous les échantillons prélevés seront analysés dans le cadre du projet AGEs de l’IPHC. Ce projet de recherche fondamentale financé par l’Agence Nationale de la Recherche en 2021 a pour but de comprendre pourquoi les oiseaux peuvent avoir une glycémie égale à celle des diabétiques chez l’Homme sans présenter de pathologies associées. Une cinquantaine d’espèces seront prélevées dans le cadre du projet AGEs, de la cigogne au colvert, du pigeon à l’albatros, et les échantillons de passereaux proviendront donc de la Trimouille.


Merci Hichem pour la photo de groupe :-)


Pour finir, merci aux six apprenants d’être venus et félicitations à eux. La météo ne nous a pas beaucoup aidé mais tout s’est bien passé, dans le calme et la bonne humeur. Et ce n’est pas tous les jours que l’on ouvre une station de migration avec 6 bagueurs présents !!!

206 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page