top of page
Rechercher

Les plaques à reptiles : une méthode à côté de la plaque ?


Belle levée de plaque !


L’inventaire et le suivi de l’herpétofaune comportent de multiples contraintes, inhérentes au fait que lézards et serpents sont des organismes ectothermes dont la détectabilité s’avère extrêmement dépendante des conditions météorologiques. En outre, il s’agit d’animaux discrets et craintifs, dont la détection visuelle est souvent peu aisée. La pose de « plaques à reptiles » est généralement présentée comme une méthode permettant de solutionner ces contraintes et, pour cette raison, elle est aujourd’hui largement pratiquée de façon réflexe dès qu’il s’agit d’inventorier ou de suivre l’herpétofaune d’une zone donnée (les serpents, en particulier). Cependant, cette méthode présente de nombreuses limites et ses performances ont tendance à être surestimées. Dans bien des cas, la recherche à vue, réalisée par une personne expérimentée offre en réalité des performances équivalentes ou supérieures.


C’est dans ce contexte que cet article intitulé « Les plaques à reptiles : une méthode à côté de la plaque ? » a été publié dans « Plume de NATURALISTES » par Gilles Pottier. Outre l’expérience de l’auteur, il s’appuie en partie et pour exemple sur les données des protocoles de suivis des populations de serpents de la Trimouille (POPReptiles et CMR). L’article expose les avantages et les inconvénients de la méthode des plaques à reptiles dans le cadre des différents suivis qui peuvent être mise en place par des associations, des bureaux d’étude ou encore des centres de recherche. En effet, cette méthode peut parfois être inadaptée aux inventaires réalisés sur des pas de temps courts, c'est-à-dire des inventaires à visée qualitative qui bien souvent cherchent à savoir quelles espèces sont présentes à tels ou tels endroits. Néanmoins, c’est une méthode qui peut être adaptée aux suivis temporels réalisés sur de longs pas de temps, c'est-à-dire des suivis quantitatifs qui cherchent à connaitre la démographie des espèces présentes sur la zone étudiée.


POPReptile en cours


L’auteur, au-delà de discuter cette méthode de plaque, revient sur l’écologie des reptiles mais aussi sur quatre principes qui doivent être maitrisés pour réussir ses observations à vue et qui constituent les fondamentaux mêmes de l’herpétologie.



229 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page