top of page
Rechercher

POPReptile ou le suivi des populations de reptiles

La surveillance de l’herpétofaune, un enjeu majeur !


Depuis 2021, la Société Herpétologique de France (SHF) coordonne le programme de surveillance des populations de reptiles et d’amphibiens de France métropolitaine et d’Outre-mer. L’objectif principal de ce programme est d’identifier – et de déployer – des protocoles validés statistiquement permettant de suivre l’état des populations de l’ensemble des espèces de reptiles et d’amphibiens présentes sur le territoire national. Dans le cadre du programme de surveillance, la SHF est en charge de la coordination du réseau d’acteurs mettant en place les protocoles, en s’appuyant sur des relais régionaux.

L’objectif principal est d’obtenir des tendances nationales et régionales des populations robustes qui alimenteront les évaluations des politiques environnementales (rapportage directive Habitats-FauneFlore, Listes rouges, etc.).

 

Couleuvre d'Esculape


Les protocoles POPReptile Kesako ?


Les protocoles POPReptile sont basés sur des méthodes dites de « site occupancy » (sur la présence ou l'absence des espèces) afin d’estimer la probabilité de présence d’une espèce sur un site en prenant en compte son taux de détection. Ces méthodes sont communément utilisées chez les reptiles, dont les probabilités de détection sont souvent imparfaites et variables en fonction de la phénologie des espèces, dans le temps et l’espace.


Il existe un protocole POPReptile général qui a été développé pour suivre les évolutions de l'état de l’herpétofaune française et plus précisément, mesurer les changements de distribution spatiale des espèces et de composition des communautés au sein d’un réseau de sites à partir de l’estimation de l’occurrence des communautés de reptiles le long de transects terrestres. Il repose sur des observations répliquées dans le temps (plusieurs années de suivis) et l'espace (plusieurs sites de suivis), permettant d'estimer des tendances.

Cependant, le protocole POPReptile classique ne permet pas de suivre certaines espèces particulières, vivants par exemple dans des habitats spécifiques, telles que le Lézard ocellé, la Tortue d'Hermann ou encore des espèces de milieux tropicaux. En 2023, la SHF s'est associée à plusieurs structures mettant en place des protocoles de suivi sur ces taxons et a analysé les données obtenues afin de valider un protocole spécifique de suivi au niveau national pour chaque espèce concernée et obtenir les premières tendances nationales pour celle-ci.

 

Quel bilan en 2023


96 structures ont mis en place des suivis POPReptile sur la période 2015-2023. La plupart sont des associations (74 %) comme SYLATR, des conservatoires d'espaces naturels ou encore des gestionnaires de réserves naturelles. Des parcs naturels régionaux, ainsi que des collectivités publiques ont également participé à l’acquisition de ces données.


Chaque structure impliquée a mis en place plusieurs suivis POPReptile. Au total, ce sont 1 127 transects qui ont été suivis au moins une fois sur la période 2015-2023 sur le territoire français. Sur l'ensemble des passages réalisés sur les transects, ce sont plus de 11 400 observations d'espèces qui ont été enregistrées. Parmi les espèces les plus communément rencontrées, on note la présence du Lézard à deux raies (2 521 contacts), du Lézard des murailles (2 202 contacts) ou encore de l'Orvet fragile (2 040 contacts). Quelques espèces rares figurent également dans les relevés bien que ces dernières soient plutôt associées à des suivis de type « spécifiques » (les tendances nationales n'ont pas été calculées pour ces espèces du fait d'un trop faible nombre de contacts). Enfin, parmi les espèces communes les moins détectées lors des suivis, on trouve la Coronelle girondine, le Seps strié ou encore la Couleuvre à échelons.


1-Couleuvre helvétique / 2-Couleuvre vipérine / 3-Lézard à deux raies / 4-Couleuvre d'Esculape / 5-Couleuvre verte et jaune


Et SYLATR dans tout ça ?


Dès 2019 l’association SYLATR a déployé 4 transects de suivi POPReptile sur le site de la Trimouille et s’est doté de 3 transects supplémentaires en 2022. L’objectif de ces nouveaux transects étaient de couvrir des zones du sites nouvellement ouverts. Sur 3 ans de suivis (et non 4 car ceux de 2023 n’ont pas pu être réalisés), nous avons réalisé 40 observations et contacté 5 espèces de reptiles. Dans l’ordre des contacts nous avons eu la Couleuvre verte et jaune (14), la Couleuvre helvétique (11), la Couleuvre d’Esculape (7), le Lézard à deux raies (5) et la Couleuvre vipérine (3).

 

En attendant de détecter sur le site de La Trimouille le graal que nous attendons : notre première Vipère aspic, une espèce en danger et en déclin dans l’ouest de la France hexagonale, nous vous invitons à découvrir en détail le bilan POPReptile 2023 et les tendances évolutives des populations de reptiles en France.


97 vues

Posts récents

Voir tout

Komentar


bottom of page