top of page
Rechercher

Portrait de... Charles Darwin

Petit-fils d’un zoologiste et fils de médecin, Charles Darwin naît en 1809 à Shrewsbury non-loin de la ville de Birmingham. Cinquième des six enfants de Susannah et Robert Darwin, il n’aime pas l’apprentissage théorique. Durant son enfance, il préférait se promener dans la campagne environnante avec son chien pour chasser, cueillir des plantes ou collecter des animaux plutôt que de perdre son temps sur les bancs de l’école. En 1825, malgré le peu d’intérêt qu’il montre pour les études, il rentre à l’université d’Edimbourg pour suivre les traces de son père et devenir médecin. En 1831, il obtient son Bachelor of Arts degree mais n’est toujours pas un étudiant modèle, ses années universitaires ayant plus aiguiser son intérêt pour le monde vivant que son envie de poursuivre en médecine.



En 1831, après une exploration du Pays de Galles, il se retrouve embarqué comme naturaliste à bord du navire scientifique le HMS Beagle qui a pour objectif d’améliorer le relevé des côtes de Patagonie. Pendant 5 ans, le navire va sillonner le Cap-Vert, Tahiti, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, le Brésil ou encore les Maldives, mais c’est l’arrêt aux Îles Galápagos qui va jouer un rôle important dans l’avenir du jeune Charles. Bien qu’il ait collecté des échantillons partout et remplit ses livres de bord d’observations géologiques et zoologiques, c’est bien les diverses espèces de pinsons trouvées aux Îles Galápagos qui seront à la base de sa théorie.


A son retour en Angleterre, ses correspondances avec son ancien professeur et ami à Cambridge John Henslow ont été publiées par ce dernier et le jeune Darwin est déjà reconnu par la communauté scientifique comme l’un des grands espoirs de sa génération. En 1938, Charles devient secrétaire général de la Geological Society et membre de la Royal Society dès 1939, il n’a alors que 30 ans !!! Il travaille ensuite pendant des années à décrire les spécimens ramenés et étudier les observations répertoriées. Dans les années 1850s, Alfred Russel Wallace, naturaliste installé à Bornéo, réfléchissait à une théorie similaire à celle de Darwin. Ses amis l’ont donc poussé à enfin publier sa théorie de l’évolution qui n’était à ses yeux qu’une petite partie d’une théorie plus vaste, et c’est en 1859 que paraît On the Origin of Species.



Même si ce livre fût un succès, il n’a pas fait l’unanimité. Outre les oppositions religieuses évidentes, les milieux scientifiques sont encore à cette époque fortement influencés par les recherches de Carl von Linné. Alors que la classification des espèces vient à peine d’être achevée, Darwin vient dire aux yeux du monde que les informations de cette classification ne seront pas éternelles. Si son œuvre a révolutionné à jamais la biologie, Charles Darwin a passé le reste de sa vie à améliorer sa théorie, à présenter des arguments la contrariant et à les réfuter lorsque cela était possible. Il mourût en 1882 et fût enterré à l’abbaye de Westminster, mais le darwinisme est désormais un terme général servant de cadre à la compréhension de l’histoire des organismes sous l’idée globale que les espèces n’ont pas été créées telles qu’on les observe aujourd’hui mais qu’elles ont été modifiées au fil du temps.


Régime alimentaire et forme du bec des "pinsons de Darwin" peuplant l'archipel des Galápagos (d'après Gérard et al, 1997.Mondes émergents et évolution des systèmes vivants)


-------------------- BONUS --------------------


Après 5 ans de voyage et des années de réflexion, Charles Darwin tire les conclusions suivantes dans l’Origine des espèces :


1° Toute espèce animale présente des variations, des différences entre individus.


2° Certaines de ces particularités, affectant une population entière, semblent l'effet des conditions du milieu et ne sont pas transmissibles par hérédité ; d'autres n'affectent que quelques individus, mais elles sont héréditaires.


3° Du fait de leur fécondité, les espèces animales sont menacées en permanence de manquer de nourriture ; cette situation place les animaux en situation de concurrence vitale, d'où résulte la lutte pour la vie.


4° Telle ou telle variation héréditaire peut, dans une situation donnée, conférer à ses porteurs un avantage qui augmentera soit leur chance personnelle de survivre, soit le nombre de leurs descendants qui, peu à peu, remplaceront les autres lignées : c'est l'évolution des populations par voie de sélection naturelle.


5° Cette évolution peut aboutir à la création d'espèces nouvelles : l'espèce n'est pas une entité close et fixe.


6° Une espèce dont les variations sont nombreuses et diverses peut occuper des milieux variés ou adopter des régimes alimentaires différents, ce qui favorise son expansion numérique et géographique et accélère son évolution.

20 vues

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page